Une coopérative funéraire ouverte bientôt à Rennes

Une coopérative funéraire prévoit d’ouvrir dans quelques mois à Rennes pour accompagner les familles et les permettre de participer à l’organisation des obsèques. La deuxième coopérative funéraire de France bientôt à Rennes .

Un collectif de citoyens lancera une coopérative funéraire dans les mois à venir à Rennes. Il s’agit de la deuxième structure de ce type en France après celle de Nantes. Le but de cette coopérative est d’accompagner les proches dans chaque étape de l’organisation des obsèques. Les funérailles ne seront pas nécessairement moins onéreuses, cependant les concepteurs du projet assurent un meilleur accompagnement.

Quand la réalité rejoint la fiction…

Dans Six Feet Under, les deux frères et héros Nate et David Fisher constatent leur petite entreprise familiale de pompes funèbres élevées les convoitises des mastodontes du domaine du funéraire. Bien que la série culte de HBO ait tiré sa révérence il y a 14 ans, le scénario d’Alan Ball n’est cependant pas oublié.

Illustration en France dans laquelle “deux grandes établissement de pompes funèbres sont sur le point d’acquérir toutes les sociétés” plus modeste, selon  Isabelle Georges. Toutes à l’exception de la future coopérative funéraire qui sera lancée bientôt. Une structure qui n’est “pas rachetable car elle ne dispose aucun actionnaire”.

C’est au cours d’un voyage à Montréal (Canada) en 2011 qu’Isabelle Georges a découvert ce concept, pendant qu’elle occupait le poste de directrice d’une association d’employeurs. Ce qui l’a “intriguée”. Cependant en 2015, elle fait face à un décès d’un proche “Ce qu’on me proposait ne me convenait pas du tout”, précise-t-elle, se rappelant d’un “sentiment de malaise” qu’elle a ressenti. « C’était très formaté, très vieillot, je n’avais pas l’impression d’être écoutée. »

Les proches du défunt devraient avoir leur mot à dire dans toutes les étapes de l’organisation des obsèques

Elle se souvenait ainsi de la présentation de la coopérative funéraire du Québec, dans laquelle elle a travaillé un an plus tard lorsqu’elle a accompagné son conjoint au Canada, ce qui l’a permis d’avoir plus de connaissance du domaine. Lors de son arrivée dans l’Hexagone, elle était “convaincue” et pris la décision de franchir le pas. Elle, qui, “ne provenait pas du secteur funéraire”, va intégrer la coopérative de Nantes, puis suivi une formation pour s’initier au métier.

En juin 2018, le projet de créer un collectif à Rennes a été lancé, accueillant 15 personnes pour assurer l’accompagnement des familles. Une coopérative funéraire s’agit d’ “une société de pompes funèbres accompagne les familles depuis le décès d’un proche jusqu’à sa dernière demeure”. Son principal objectif est “de permettre aux familles de s’impliquer dans l’organisation des obsèques et non d’apporter du clé en main”.

Ainsi, les proches de la personne disparue pourront participer à chaque étape des obsèques : la décoration, le choix de l’urne ou du cercueil, les diverses interventions pendant la cérémonie, la préparation du repas…”On veut offrir des funérailles qui respectent les personnes, les salariés et l’environnement”, selon Isabelle Georges. Pour résumer ce dernier élément, elle donne comme exemple “ les matériaux pour la fabrication du cercueil” ou une paysagiste intégrant le collectif qui “souhaite placer plus de végétal” aux enterrements.

“Pas de low cost” mais un accompagnement sur-mesure “On ne veut pas que ces moments-là soient laissés aux mains des marchands”, indique-t-elle, en opposant la coopérative, appartenant à ses membres, aux autres sociétés de pompes funèbres “faisant partie des fonds de pension” et dispose ainsi “un objectif de rentabilité”.

“Pas de low cost”

Les familles auront-elles la possibilité de bénéficier des tarifs moins chers par rapport aux obsèques traditionnelles ? Difficile de fournir des chiffres significatifs avec ce genre de formule à la carte. « On ne fera pas du low cost », précise toutefois Isabelle Georges, avant d’indiquer : « Une coopérative n’a pas le même modèle économique qu’une société classique qui fait sa marge dans la commercialisation de produits. Notre forfait de base sera plus cher mais au final, la facture devrait être moins onéreuse à qualité d’accompagnement équivalente. »

Bien que la coopérative est toujours à la recherche de locaux dans rennes, la structure juridique permettant d’embaucher trois ou quatre personnes, pourrait être lancée vers le mois de juin. Il s’agit de préliminaires associés au lancement de l’activité, le jour J envisagé pour le mois de septembre.

Comparez les tarifs des pompes funèbres de votre ville.

Plus de 50 000 familles partout en France nous font déjà confiance.

Gagnez du temps et faites des économies.

* Numéro de téléphone obligatoire pour qualifier la demande

ou

Faites une estimation avant de comparer les devis

Estimez

Toutes les actualités