Le compost humain : un nouveau mode de sépulture autorisé aux Etats-Unis

Aux côtés de l'inhumation et de la crémation, les Américains peuvent désormais faire le choix d'une 'réduction organique naturelle'

Fait novateur aux Etats-Unis, les habitants de l’Etat de Washington peuvent désormais faire le choix de la « réduction organique naturelle » pour leur rite funéraire. Ce compost humain offre une troisième option aux Américains qui peuvent également choisir l’incinération ou la crémation.

Cette loi progressiste votée aux Etats-Unis offre aux Américains décédés la possibilité de pouvoir retourner à la terre, littéralement. Cette nouvelle technique est définie comme ‘la conversion accélérée et en milieu clos, de restes humains en humus’. Adoptée en avril dernier, cette loi s’inscrit dans un programme qui mise sur l’écologie. Elle devrait entrer en vigueur l’année prochaine, en mai 2020 sous le nom de ‘loi concernant les restes humains’.

Une solution alternative

Katrina Spade, qui a promu cette loi auprès des élus, décrète que cette solution est « naturelle, sûre, durable et permet des économies importantes en matière d'émissions de CO2 et d'utilisation des terres ». Elle a fondé la société Recompose qui s’apprête à commercialiser un processus de compostage humain.  

Le procédé s’inspire d’une technique déjà utilisée pour transformer les carcasses d’animaux même si les matériaux utilisés ont été ajustés pour être acceptés socialement. Le procédé a ensuite été testé scientifiquement en 2018 sur des corps légués par des volontaires.

La société Recompose explique que ce processus de « réduction organique naturelle » est très naturel et qu’il consiste simplement à accélérer la décomposition du corps. Pour ce faire, le corps est placé dans un conteneur empli de paille, de luzerne et de copeaux de bois. Les bactéries font ensuite très naturellement leur travail dans cet environnement idéal pour elles, elles font monter la température à environ 70 degrés et le corps est décomposé dans son entièreté, dents et os compris en un mois.  

Après trente jours, un mètre cube d’humus est produit, ce qui ne représente pas moins de deux brouettes. Les familles peuvent choisir de l’utiliser pour faire pousser un arbre ou encore le répandre dans leur jardin. Le rendu final est proche d’un terreau que l’on peut trouver dans le commerce.  

Katrina Spade, qui s’est intéressée aux solutions alternatives à l’inhumation il y a plus de dix ans, considère que cette nouvelle option est également intéressante sur le plan spirituel puisque le retour à la nature est très direct, « l’idée d’être placé de nouveau dans le cycle de la vie et de la mort, est en fait assez belle. 

Les procédés d’inhumation verts ont d’ailleurs la cote outre-Atlantique et il est assez fréquent que les sociétés de pompes funèbres proposent cercueils bio ou inhumation directement dans un linceul.

cycle de la vie

La position de l’Eglise

L’Eglise est hostile à cette idée, la conférence épiscopale de l’Etat de Washington a transmis une lettre au parlement local pour prendre position contre cette loi. L’Eglise considère que traiter de cette manière un corps humain est un manque de respect pour le corps du défunt.

 Les pompes funèbres voient également cette nouvelle option d’un mauvais œil, la société Recompose prévoit de facturer une ‘réduction organique naturelle’ autour de 5 500 dollars, soit un peu plus qu’une crémation traditionnelle mais moins qu’un enterrement plus classique avec inhumation.

 

Quid de cette pratique en France ? Elle y est actuellement interdite, seules l’inhumation et la crémation restent possibles, son introduction en droit soulèverait d’importantes problématiques notamment concernant le statut juridique de ce compost humain. La question de la dignité quant à la manière de traiter les restes humains est également une vraie question.

Comparez les tarifs des pompes funèbres de votre ville.

Plus de 50 000 familles partout en France nous font déjà confiance.

Gagnez du temps et faites des économies.

* Numéro de téléphone obligatoire pour qualifier la demande

ou

Faites une estimation avant de comparer les devis

Estimez

Toutes les actualités