Estimation gratuite du prix des obsèques
Entrez le nom d'une ville pour rechercher une pompe funèbre, crématorium ou funérarium.
    Villes les plus recherchées

    Évolution des décès en 2021 en France : que faut-il retenir ?

    Une analyse complète et didactive sur l'évolution de la mortalité en France en 2021

    Comment a évolué la mortalité en France en 2021 ? Le coronavirus a-t-il eu un gros impact comme en 2020 ? Quel âge ont les défunts ? D'où viennent-ils ? MPF répond à toutes ces questions - et à bien d'autres !

    Nature de la demande

    Consultez les pages mentions légales et comment ça marche ?

    OU

    Quelques explications sur notre démarche

    Le 17 janvier 2022, l’INSEE a publié ses chiffres sur la mortalité de l’année 2021. Il faut savoir que les décès sont transmis par voie dématérialisée ou par voie papier par les mairies à l’INSEE. 

    Voici un exemple d’une ligne au hasard de notre fichier. Ce fichier est public et accessible directement depuis le site de l’INSEE.

    Étude insee évolution décès 2021

    Les 20 dernières années (2000-2021) sont recensées sur 12637745 lignes, ce qui représente plus de 12,6 millions de décès ! Difficile de s’y retrouver… C’est pourquoi nous vous proposons une analyse explicative de ces données publiques.

    Il faut savoir que les chiffres de décembre 2021 sont incomplets car les remontées de ces informations par les mairies peuvent prendre plusieurs semaines. Nous avons repris les hypothèses de l’INSEE pour décembre 2022. 

    Bon à savoir : les graphiques sont maintenant interactifs ! Vous pouvez les survoler avec votre souris et avoir tous les chiffres en lecture directe.

    I. Évolution du nombre de décès en France en 2021 : que retenir ?

    A) Le chiffre à retenir : -1,5%, la variation du nombre de décès en 2021

    Selon l’étude, il y aurait eu 659 000 décès en 2021, soit environ 10 000 de moins qu'en 2020. Après une année 2020 record, le nombre des décès a certes diminué mais dans des proportions nettement inférieures à ce qui aurait pu être attendu. En effet, si on s’appuie sur le cas de l’année 2003 (année de la canicule qui avait provoqué une très forte hausse de la mortalité), nous avions assisté en 2004 a une très forte baisse du nombre de décès. Ce qui n’est pas le cas aujourd’hui sur la période 2020-2021.

    Il faut savoir que l’INSEE a publié une étude très complète sur le sujet : elle estime que l’augmentation des décès en 2020 et donc en 2021 est aussi le résultat du vieillissement de la population et de son augmentation. Dans cette étude (“Décès en 2020 et début 2021 : pas tous égaux face à la pandémie de Covid-19”), on note que le nombre de décès anticipé était de 621 900 en 2020 (à comparer à 613 200 en 2019). Ainsi, l’impact du COVID est estimé à environ 47 000 décès en 2020. Il semble que cette année aussi l’augmentation du nombre de décès ne soit pas uniquement liée à l’impact du Covid. Une étude sur ce sujet sera publiée courant 2022.

    Voici un graphique qui représente l’évolution des décès et de la croissance des décès sur les 20 dernières années :

    Après une année 2020 record, 2021 reste donc sur un niveau élevé. Sur ce graphique, vous pouvez observer la forte baisse du taux de décès en 2004 suite à la canicule. 

    Pour comprendre ces chiffres plus en détail, je vous propose une analyse complémentaire mais cette fois-ci avec une périodicité mensuelle :

    Sur ce graphique, vous pouvez observer les évolutions saisonnières de la mortalité. On note d’ailleurs tout de suite un nombre de décès plus important sur les périodes hivernales ! Vous pourrez lire que le record du nombre de décès en un mois est en janvier 2017.

    Enfin, grâce au graphique ci-dessous, nous pouvons comparer la mortalité de ces 4 dernières années en superposant les données obtenues quotidiennement (afin de proposer une lecture plus simple, les données quotidiennes sont des moyennes mobiles sur 10 jours).

    Les données journalières de décembre 2021 ne sont pas encore disponibles. Grâce à ce graphique, vous pouvez clairement analyser les périodes en 2020 liées au coronavirus.

    Si l’on observe d’un peu plus près l’évolution des décès et de l’âge moyen des défunts, on note qu’après une croissance continue de l’âge moyen des défunts, l’année 2021 marque le pas avec une baisse de cet âge moyen. Cette information doit être analysée de manière beaucoup plus approfondie dans une prochaine étude mais on sait que l’espérance de vie connaît actuellement une stagnation voire une baisse ces dernières années. 

    B) Évolution des décès en fonction du lieu de naissance

    Comme vous avez pu le constater, il est indiqué dans le listing de l’INSEE le pays de naissance de chaque défunt répertorié. Voici le tableau récapitulant les pays les plus représentés :

    évolution décès pays de naissance de chaque défunt répertorié

    Sachant que l’évolution en France du nombre de décès est en légère décroissance entre 2021 et 2020, il s’avère que le nombre de personnes décédées nées à l’étranger a plus fortement augmenté que celui des personnes nées en France. La croissance du nombre de décès est très variable selon le pays d’origine, mais on peut remarquer une forte hausse des décès chez les personnes nées dans les pays du Maghreb (Algérie, Tunisie, Maroc) mais aussi chez les personnes nées au Portugal et en Turquie.

    II. Évolution des décès par département : y-a-t-il eu des fortes différences ?

    Voici ci-dessous une carte de France avec l’évolution des décès entre 2021 et 2020. Grâce à cette carte, vous pourrez faire une comparaison de l’évolution des décès avec 2020, 2019, 2010 et 2000. Notre objectif est de vous proposer une étude sur une durée plus longue de la mortalité au sein de chaque département français

    Logiquement, les départements ayant été le plus touchés par les décès en 2020 (à savoir l'Ile de France, l’Est et la région Rhône-Alpes) ont connu une forte baisse du nombre de décès en 2021

    Dans un premier temps, nous avons identifié les départements avec les 10 plus fortes hausses de la mortalité en 2021 :

    départements avec les 10 plus fortes hausses de la mortalité en 2021

    Contrairement aux chiffres publiés lors de la première vague du coronavirus, où les évolutions les plus fortes étaient concentrées sur l’Ile de France et l’Alsace, on peut souligner que les 10 plus fortes variations concernent désormais les départements d’Outre-Mer.

    Voici dans le tableau suivant les départements avec les plus fortes baisses de la mortalité en 2020 :

    départements avec les plus fortes baisses de la mortalité en 2020

    Logiquement, l’Ile de France et la région Rhône-Alpes ont connu une forte décroissance du nombre de décès en 2021.

    III. Etude sur les migrations entre les départements

    Je dois vous avouer une chose : les vacances de Noël ont été très inspirantes ! Dorénavant, je vais essayer d’étoffer toujours plus mes prochaines analyses. Aujourd’hui, je vous propose :

    • Une lecture toujours sur la base de données de l’INSEE
    • Une analyse des personnes décédées entre le département de naissance et le département de décès pour comprendre quels sont les départements ou les flux migratoires sont les plus importants

    Voici un récapitulatif des départements avec le plus de mobilité géographique :

    départements avec le plus de mobilité géographique

    Comme vous pouvez le constater, les départements d’Ile de France (à l’exception de Paris) ont le plus faible taux de personnes décédées et aussi nées dans le même département. Il faut savoir que ces départements ont connu une forte augmentation de leur population ces dernières années. Avec le temps, ces taux devraient remonter. Le Var et les Alpes de Haute de Provence sont également des départements avec une forte mobilité géographique : dans le Var par exemple, seules 21% des personnes décédées sont nées dans ce même département.

    Voici les départements avec le moins de mobilité géographique :

    départements avec le moins de mobilité géographique

    Comme vous pouvez le constater, les départements d’Outre Mer sont les départements où la mobilité géographique est la plus faible. A noter que le département de France métropolitaine avec la plus faible mobilité est le Nord suivi du Pas de Calais. Il s’avère en effet qu’on ne quitte pas le Nord si facilement !

    Ci-dessous, une version de ces informations sous forme de carte :

    Comme vous pouvez le constater sur la carte, les régions d’Ile de France et le Sud Est sont les départements qui connaissent la plus forte mobilité géographique. De manière surprenante, l’Est et le Nord ont la plus faible mobilité géographique ; le climat et l’appel de la mer ne sont pas suffisants pour faire bouger les résidents de ces départements !

    Source : Insee

    Décès en 2020 et début 2021 : pas tous égaux face à la pandémie de Covid-19

    Nombre de décès quotidien

    Comparez les tarifs des pompes funèbres de votre ville.

    * champs obligatoire

    Consultez les pages mentions légales et comment ça marche ?

    Faites une estimation gratuite en ligne, avant de comparer les devis

    Commencer la simulation