Évolution des décès en 2020 en France : que faut-il retenir?

L’INSEE vient de publier ses chiffres pour l’année 2020. Mais quelles conclusions en tirer ? Après avoir étudié attentivement toutes ces données, nous vous proposons de retenir 3 chiffres

Aujourd'hui, nous vous proposons une lecture simple des données statistiques de l'INSEE afin d’identifier les variations les plus importantes, en % mais aussi en valeur, pour prendre conscience des proportions à l'œuvre. Ces chiffres sont presque définitifs (ils pourraient être légèrement augmentés dans certains départements où la dématérialisation est moins avancée).

Évolution du nombre de décès en France en 2020 : les 3 chiffres à retenir !

On peut noter que depuis début mars 2020, l’INSEE a adopté une politique de transparence en publiant de manière très régulière tous les chiffres sur la mortalité. Grâce à ces bases de données, on connait le nom et le prénom des défunts, leur sexe, leur date de naissance, leur commune et pays de naissance et enfin la date et le lieu de décès.

Nous avons ainsi pu obtenir la semaine dernière les chiffres quasi définitifs de la mortalité en France. Parmi eux, 3 chiffres sont à retenir :

+9%

C’est la croissance du nombre de décès en France : il y en a eu 667 000 décès (y compris dans les DOM-TOM), soit environ 54 000 de plus qu'en 2019. C’est la plus forte augmentation du nombre de décès en France, et évidement le nombre de décès le plus important depuis la Seconde guerre mondiale. Pour rappel, le record du nombre de décès était détenu par l'année 1919, avec 850 000 décès en France.

  

+10%

Ce chiffre est à prendre en compte pour les 3 catégories d’âge de plus de 65 ans, qui ont été touchées (les trois catégories confondues) par une augmentation de 10% de la mortalité. Plus précisément, ces catégories sont :

  • Les 65-74 ans (+9,8% soit +9 206 décès)
  • Les 75-84 ans (+10% soit +13 129 décès),
  • Les 85 ans et plus (+10,4% soit +30 614 décès)

À noter que la catégorie la plus touchée a été celle des 85 ans et plus. On peut noter que les jeunes (0-24 ans) ont connu une baisse du nombre de décès de 6%.

  

+21%

C'est la croissance du nombre de décès en EHPAD (soit 15 621 décès). L'INSEE révèle également une augmentation de 16% des décès à domicile (+23 412 décès) et de 4 % à l’hôpital (soit 15 209 décès). Contrairement à ce qu’on peut imaginer, en valeur absolue, les décès à domicile ont plus augmenté que les décès en EHPAD.

  

En bref :

L'impact du virus COVID 19 sur l’espérance de vie est réel, et a contribué à une accélération importante du nombre de décès. En prenant un peu de recul dans le temps, on observe que le nombre de décès évolue dans des proportions faibles (+/- 3%) ; cette année, au contraire, avec une augmentation de 9%, l’impact du virus sur la mortalité est indiscutable.

Présentation interactive de l'évolution du nombre de décès en France par rapport à la population par département

Évolution de la mortalité en 2020 :  comment comparer les chiffres aux années précédentes ?

Voici un graphique proposé par l'INSEE qui montre le nombre de décès quotidiens de 2015 à 2020, en plus de la moyenne des décès entre 2015 et 2019. 

Graphique Insee évolution du nombre de décès par mois et comparatif

Comme vous pouvez le constater, il y a une nette accélération des décès sur la période qui s’étend de la seconde moitié du mois de mars jusqu’au 1er avril. Néanmoins, cette accélération est suivie d’une baisse du nombre de décès jusqu’à la fin du mois d’avril. On peut d’ailleurs noter que la mortalité des mois de mai et juin est similaire à celle des années précédentes à la même période. En revanche, il y a eu une augmentation liée à la canicule les 10 et 12 août, symbolisé par un nouveau et bref pic de décès.

Le graphique permet également de représenter l’arrivée de la deuxième vague de l’épidémie, marquée par une nouvelle augmentation à partir du 18 octobre 2020.

Comme élément de comparaison, vous pouvez vous intéresser à l’évolution des décès lors des années précédentes : on peut y voir les effets de plusieurs épidémies de grippe saisonnière, qui ont elles aussi entraîné un sursaut de mortalité. C’est le cas par exemple de l’hiver 2016-2017 (avec un pic en janvier 2017), de l’hiver 2014-2015 (avec un pic des décès en février 2015) et de l’hiver 2017-2018 (qui a elle aussi entraîné une augmentation importante de la mortalité). Vous avez également la possibilité de voir et de comparer les décès avec les chiffres de la canicule en 2003.

Source: INSEE, Synthèses pluriannuelles

Comparez les tarifs des pompes funèbres de votre ville.

Plus de 50 000 familles partout en France nous font déjà confiance.

Gagnez du temps et faites des économies.

* Numéro de téléphone obligatoire pour qualifier la demande

ou

Faites une estimation avant de comparer les devis

Estimez

Toutes les actualités