Cinq générations de pompes funèbres Redon

Près de 150 ans de travail familial perpétué par Pauline, Pierre et Laurie. Entreprise de pompes funèbres Redon gérée par 5 générations depuis 150 ans.

Ce n’est pas rare de trouver plusieurs membres d’une famille qui assurent la gestion d’une même société. Mais le cas de pompes funèbres de Redon est assez impressionnant : l’entreprise a été gérée par cinq générations qui se succèdent dans le secteur du funéraire.

Histoire de l’entreprise

Créée en 1870, l’entreprise n’a pas fait ses débuts dans les pompes funèbres : «Mon arrière-arrière-grand-père était menuisier. À cette époque, l'organisation des obsèques n'était pas une profession, ainsi, il construisait le cercueil et le livrait à la famille. C'était ensuite aux voisins qui sont chargés de la mise en bière», selon Pauline Redon, 27 ans, qui fait partie de la dernière génération. L’arrière-grand-père et le grand-père de Pauline et sa sœur Laurie travaillait de cette manière jusque dans les années 1990. C’est Pierre Redon, père des deux jeunes femmes qui a rendu cette activité professionnelle : «Le grand-père de Pauline souhaitait arrêter, mais qu'allait-on dire aux familles du département qui nous faisaient confiance depuis des années ? On ne pouvait pas tout laisser tomber. C'est lá que j’ai pris la décision créer l'entreprise, ça a coïncidé avec la fin du monopole communal des pompes funèbres», explique-t-il, fiers de ses deux filles qui ont repris l’activité actuellement.

«Il faut moderniser l'image du métier»

Le souhait de Pauline et Laurie serait de déconstruire les préjugés sur leur métier. Effectivement, il n’a pas été facile pour les deux jeunes femmes de trouver une place au niveau d'un domaine perpétué principalement par des hommes : «J'ai dû faire mes preuves, au début, les gens étaient un peu inquiets qu'une jeune femme organise tout ça. Mais maintenant, ça les rassure», indique Pauline, qui est dans le secteur depuis déjà 6 ans. Contrairement à ce qu'on l’imagine, cette profession est en constante évolution, les demandes ne cessent de changer, il faut savoir répondre aux envies et besoins des familles. «Il faut moderniser l'image du métier. Ce qui nous plaît, c'est l'humain, aider, accompagner des familles qui sont souvent un peu perdues», selon Laurie, 23 ans, qui a intégré l'entreprise récemment et suit des formations assurées par sa sœur et son père.

Le service «ne s'arrête pas au chèque» confirment-elles, certaines familles nous joignent encore six ou huit mois suite au décès de leur proche «nous solliciter de l'aide pour des démarches administratives et on est toujours heureux de les aider, précise Pauline.

Des souhaits parfois excentriques

Nous réalisons les demandes du défunt dans le contrat obsèques, les volontés de ce dernier en ce qui concerne l’organisation de la cérémonie, même les plus excentriques. On est parfois surpris “On nous a demandé de placer des skis ou encore un marteau dans un cercueil. Toujours dans le respect des volontés du défunt, on essaye d'expliquer que ce n'est pas toujours approprié.»

Si l’entreprise existe toujours aujourd’hui, après plus de 150 ans, c’est grâce à cette bienveillance

Comparez les tarifs des pompes funèbres de votre ville.

Plus de 50 000 familles partout en France nous font déjà confiance.

Gagnez du temps et faites des économies.

* Numéro de téléphone obligatoire pour qualifier la demande

ou

Faites une estimation avant de comparer les devis

Estimez

Toutes les actualités