Obsèques : le top 7 des pratiques les plus éloignées de nos pratiques en France 

checked picto

Top 7 des pratiques funéraires les plus éloignées des pratiques françaises 

Les pratiques d'obsèques diffèrent d’un pays à un autre. En effet, avec les différences culturelles, on peut trouver de nombreux rites funéraires assez originaux et éloignés de ceux pratiqués en France. En voici quelques exemples. 

1. La Tour du Silence en Iran 

Interdite depuis quelques années, cette pratique funéraire consiste à effectuer les obsèques en enterrant les défunts au sommet d’un dakhma, la tour du silence. En effet, la religion zoroastriste considérait la mort comme un mal car la décomposition du corps est une profanation pour la terre pure. C’est pourquoi les enterrements doivent se dérouler dans le ciel. 

2. Les bûchers crématoires de Varanasi 

Varanasi se trouve dans une zone adaptée aux pratiques funéraires selon les hindous. Dans cette ville, les bûchers incinèrent les corps des défunts 24 heures sur 24. Pour cela, les hommes de la famille enveloppent le corps de la personne décédée dans un tissu coloré puis l'immergent dans le Gange. Il est ensuite placé dans une fosse pour être brûlé par un feu que la famille a alimenté elle-même. Après l’incinération, les cendres sont répandues dans le Gange. 

3. Dispersion des cendres en mer à Hong-Kong 

A Hong Kong, il est d’usage de choisir la crémation comme mode d’obsèques pour des raisons sociales et écologiques. En effet, avec l’importante densité de population dans ce pays, il est quasiment impossible d’effectuer d’autres pratiques funéraires. Après la crémation, les cendres sont alors dispersées en mer. 

urne et bougies

4. Obsèques céleste au Tibet 

Il s’agit d’une ancienne pratique funéraire qui consiste à déposer la dépouille de la personne décédée sur un sommet élevé. Ainsi, le corps sera mangé par les vautours et autres oiseaux prédateurs. En France, cette pratique paraît irrespectueuse pour le corps du défunt. Toutefois, elle renvoie au concept bouddhique de la vie, selon lequel le corps n'est qu'un récipient dans lequel l'âme est partie pour se réincarner autrement. 

5. Célébration avec les morts à Madagascar 

Il s’agit d’une cérémonie funéraire que les Malagasy appellent “Famadihana” ou “rotation des os”. Elle est organisée tous les 5 ou 7 ans et consiste à exhumer les corps pour les envelopper dans de nouveaux tissus. Les proches se mettent alors à danser et à partager un moment convivial jusqu’au coucher du soleil. Avant le coucher du soleil, les corps sont de nouveau inhumés mais retournés. 

6. Les cercueils suspendus des Igorot aux Philippines 

La tribu des Igorot, qui provient de la province septentrionale des Philippines, suit une pratique funéraire ancienne : les personnes âgées conçoivent elles-mêmes leurs cercueils. Au moment du décès, les corps sont déposés dans ces cercueils qui sont ensuite fixés à une falaise. Ainsi, les défunts seront plus près de leurs esprits ancestraux. 

7. Les cercueils artistiques du Ghana

Au Ghana, les morts sont considérées comme plus puissants que les vivants. Selon cette culture, les disparus poursuivent leur profession même dans l’au-delà. Par conséquent, quelque chose qui représente son métier est enterré avec la personne décédée. C'est pourquoi les cercueils du Ghana adoptent des formes très originales. On y trouve par exemple des cercueils en forme de bateaux, de bouteilles… 

Comparez les tarifs des pompes funèbres de votre ville.

Plus de 50 000 familles partout en France nous font déjà confiance.

Devis comparatifs gratuit en deux minutes.

* Numéro de téléphone obligatoire pour qualifier la demande

ou

Faites une estimation avant de comparer les devis

Estimez

Conseils sur le thème des obsèques