Cérémonies funéraires catholiques et crémation

checked picto

Si les catholiques préfèrent l'inhumation à la crémation, comment cette dernière est-elle considérée par l'Eglise ?

La crémation, opération qui consiste à brûler un corps dans un cercueil, est très pratiquée dans les pays protestants en Europe (Angleterre, pays scandinaves,…). Cette pratique, autorisée en France depuis 1887, tend à se développer. Qu’en est-il de la crémation dans la religion catholique ?

L’Eglise catholique et la crémation

L’Eglise a autorisé la crémation plus tardivement que la loi française. Tous les chrétiens n’ont pas encore reconnu cette pratique. Les orthodoxes la condamnent par exemple au nom du respect du corps. Si l’Eglise a autorisé la crémation depuis 1963, elle a posé des conditions à cette pratique. La décision d’être incinéré ne doit pas manifester une mise en cause de la foi en la résurrection du corps. Le Saint-Office déclare que « la crémation n’est pas contraire en soi à la religion chrétienne » si elle n’est pas la manifestation d’une « négation des dogmes chrétiens » même si la religion demande de «maintenir fidèlement la coutume d’ensevelir le corps des fidèles ». L’Eglise catholique reconnaît même que « dans un futur proche, dans de nombreux pays, la crémation sera considérée comme la pratique ordinaire ».

Si l’Eglise préfère donc l’inhumation, elle ne rejette plus la crémation. En exprimant sa préférence pour l’inhumation des corps, l’Eglise souhaite montrer son espérance en la résurrection de la chair et l’importance de la dignité du corps humain. La crémation n’est pas interdite puisque, pour l’Eglise, c’est une pratique qui ne touche pas à l’âme et n’empêche pas la résurrection des corps.

La liturgie et la crémation

La liturgie est une démarche de recueillement et un rituel catholique pendant lequel on demande à l’âme du défunt d’accéder à la paix éternelle. C’est un dernier hommage rendu au défunt. La liturgie peut avoir lieu dans une église ou au crématorium. L‘Eglise souhaite que la cérémonie ait lieu avant la crémation puisque la célébration des obsèques a lieu autour du corps. La préparation du corps du défunt est également importante, les soins apportés au défunt sont le témoin de la croyance des catholiques pour la vie après la mort. Prières et gestes accompagnent le disparu et montrent également le respect de l’Eglise envers le corps. En raison du respect du corps, l’Eglise préfère l’inhumation, mais la crémation est tout à fait envisageable à la condition que a liturgie funéraire ait lieu avant la crémation.

Le rituel des funérailles peut tout à fait avoir lieu au crématorium. Un membre de la communauté chrétienne s’en charge, cela peut être un ami de la famille, le prêtre, un diacre, … la prière est dans ce cas la même que celle faite dans le cas d’une inhumation au cimetière. Ce temps de prière a lieu en présence du corps et avant la crémation.

Si la famille et les proches du défunt sont contraints de procéder à la crémation du corps avant la cérémonie religieuse, les rituels funéraires catholiques habituels ne sont plus possibles.

catholique

L’Eglise et l’urne funéraire

L’urne, vase fermé contenant les cendres du défunt, tout comme le cercueil, comporte une plaque indiquant l’identité du défunt et le lieu de crémation.

Par défaut, il n’est pas possible de faire une cérémonie funéraire catholique avec l’urne funéraire, il est cependant possible d’obtenir l’accord de l’évêque si on souhaite le faire. Si le corps n’est pas présent, la cérémonie ne comprend pas de rite d’aspersion ou d’encensement.

Dans le cas d’une crémation, l’Eglise s’oppose à la dispersion des cendres, il est important pour les catholiques de pouvoir se recueillir dans un lieu de souvenir. L’Eglise demande à ce que les cendres soient placées dans un columbarium, cimetière ou caveau et ne prévoit donc pas de rituel dans le cas de dispersion des cendres.  La religion catholique souhaite que les cendres reposent dans un lieu sacré, cimetière ou église pour permettre à la communauté chrétienne de se souvenir de ces défunts et de prier. Cela évite aussi les pratiques superstitieuses.  C’est également les mêmes raisons pour lesquelles l’Eglise ne souhaite pas que les cendres soient recueillies dans des souvenirs, boîtes ou autres objets hétéroclites. On retrouve également l’idée, rejetée par l’Eglise, d’une pensée nihiliste ou naturaliste, dans le cas d’une dispersion des cendres, qui pourrait laisser penser que l’homme serait anéanti avec la mort et pourrait être une entrave à la résurrection des corps, croyance chère aux catholiques. Enfin, la destruction du corps par la crémation empêche un certain travail communautaire plus facile par l’inhumation.

urne catholique

 

L’Eglise, autrefois opposée à la crémation, la tolère désormais, reconnaît que cette pratique n’est pas interdite et établit des normes concernant la conservation des cendres pour respecter le défunt et permettre à la communauté catholique de se recueillir et se souvenir du disparu.

Comparez les tarifs des pompes funèbres de votre ville.

Plus de 50 000 familles partout en France nous font déjà confiance.

Devis comparatifs gratuit en deux minutes.

* Numéro de téléphone obligatoire pour qualifier la demande

ou

Faites une estimation avant de comparer les devis

Estimez

Conseils sur le thème des obsèques