Bien choisir son crématorium

Contrairement au choix du cimetière qui est réglementé, le choix du crématorium demeure entièrement libre en France. Aussi, voici quelques précieux conseils pour bien choisir son crématorium

Encore minoritaire il y a une quarantaine d'années en France - alors qu'autorisée depuis 1887 - la crémation qui est encore trop souvent appelée "incinération" par abus de langage (ce terme est plutôt utilisé pour les déchets) - est de plus en plus choisie au fil des années. En effet, en 2013, 33 % des obsèques étaient des crémations alors qu'en 1975, elles ne représentaient que 0,4 % des obsèques et 1 % en 1980. Ce chiffre devrait atteindre la proportion de 50 % d'ici une quinzaine d'années. Une proportion déjà atteinte dans bon nombre de grandes villes françaises.
La crémation ne peut se dérouler uniquement dans un établissement spécialisé, le crématorium. Généralement, la famille ou le défunt de son vivant, choisit le crématorium le plus proche géographiquement, mais ce n'est pas une obligation dans la mesure où le choix du crématorium est libre. Toutefois, l'argument géographique tombe sous le sens puisque la crémation doit se faire entre 24 heures et six jours après le décès (sauf en cas de demande de dérogation au préfet du département). Choisir un crématorium plus éloigné entraînera des coûts de transport supplémentaires.
La crémation est organisée par une entreprise de pompes funèbres.
Il existe environ 200 crématoriums en France qui sont gérés par les communes et villes. En Ile-de-France, il y en a une quinzaine mais un seul à Paris, celui du Père-Lachaise, où 5.700 personnes sont crématisées chaque année.
Les crématoriums sont gérés en délégation de service public, c'est-à-dire, que des opérateurs privés s'en occupent pour le compte de la municipalité de leur lieu d'établissement. C'est donc le conseil municipal qui fixe le prix des crémations et il peut alors arriver que des réductions soient appliquées pour les résidents de la commune.



Un tarif plus économique que l'inhumation, qui varie selon les villes

La première raison du choix de la crémation est d'ordre économique. En effet, la crémation est moins onéreuse que l'inhumation. Il faudra s'acquitter d'une taxe de crémation qui oscille entre 350 et 480 euros en moyenne. Le montant est fixé selon le lieu d'implantation du crématorium. Cette taxe est fixée et prélevée par la collectivité publique. Attention, cette dernière ne comprend pas les frais du crématorium qui sont libres et propres à chaque établissement. 
Voici quelques exemples de prix de crématorium, taxe de crémation incluse : Caen 491 euros, Champigny-sur-Marne 781 euros, Dijon 468 euros, Lyon 559 euros, Marseille 712 euros, Nanterre 606 euros, Nantes 623 euros, Nice 534 euros, Paris 622 euros, Rouen 628 euros, Toulouse 744 euros, Tours 741 euros.

Toutefois, il ne faut pas oublier d'ajouter à cette somme le prix d'un cercueil un bois léger (sapin ou peuplier par exemple), en aggloméré ou en fibres de cellulose autrement dit en carton, d'une épaisseur de 18 millimètres seulement (contre 22 millimètres pour l'inhumation) avec accessoires combustibles. Il faudra compter entre 300 et 800 euros pour ce type de cercueil qui est moins onéreux que celui destiné à l'inhumation.

La crémation est organisée par une entreprise de pompes funèbres qui peut également prendre en charge le transport du corps jusqu'au crématorium, l'accueil de la famille, l'accompagnement dans le protocole funéraire, l'organisation d'un moment de recueillement et condoléances, la mise à disposition d'un registre de signatures... Des prestations qui ont un coût et feront augmenter le prix de la facture.

A Paris, il faut compter environ 3.500 euros minimum tout inclus pour une crémation, alors que pour une inhumation traditionnelle il faudra débourser à minima 4.000 euros.


La salle des familles

La famille et les proches du défunt sont invités à ne pas assister à la crémation après leurs derniers adieux. Toutefois, ils peuvent se retrouver dans une salle annexe pour les condoléances, discuter et se recueillir, dans la mesure où une crémation dure entre 1h30 et 2 heures.
Ce sont donc les prestations proposées pour ce moment qui peuvent également guider le choix du crématorium. Dans certaines salles il est possible de diffuser des vidéos et de la musique en hommage au défunt.
Certaines de ces salles disposent d'une vitre pour voir avancer le cercueil dans le four crématoire, d'autres non. Par exemple, au crématorium du Père-Lachaise, à la place de cette vitre trône un écran plasma fixe pour diffuser des photomontages ou vidéos en hommage au défunt. Une caméra est également à disposition pour permettre aux proches absents de suivre la cérémonie en direct par Internet, moyennant un coût supplémentaire.



Le recyclage des métaux

S'il n'y a pas énormément de critères pour différencier les crématoriums, vous pouvez prendre en compte celui du recyclage des éléments en métaux (dents etc) retirés des défunts car ne pouvant pénétrer dans le four crématoire pour y être brulés. En effet, même si la loi n'encadre pas cette pratique et laisse libre court aux crématoriums - et alors qu'en Suisse il y a quelques années des crématoriums ont organisé la revente des dents en or des défunts - en France certains crématoriums adoptent des comportements vertueux en la matière. En effet, depuis 2003, la Ville de Paris fait recycler les métaux par une entreprise spécialisée avant de reverser les sommes ainsi récupérées à des associations dont le collectif Les Morts de la rue.

Comparez les tarifs des pompes funèbres de votre ville !

Gratuit et sans engagement

* champs obligatoire

Consultez nos mentions légales