Deuil : comment aider le conjoint dans les tâches quotidiennes? 

checked picto

Idées pour aider soutenir et réconforter le (la) conjoint(e) dans les tâches quotidiennes

« Je serais ravi de l’aider, de le soutenir, mais ne sais pas trop quoi dire ou ce que je devrais faire pour l’aider à surmonter son chagrin ». Beaucoup d’entre nous ont certainement vécu ce genre de sentiment. Face au décès d’un conjoint, la femme ou le mari a besoin d’un réconfort et d’assistance auprès de ses proches. Reprendre une vie solo est loin d’être facile. Alors si la personne en deuil est de votre famille, en quoi pourriez-vous l’aider ? Comment aider le conjoint à faire son deuil ?

Perdre son conjoint est un vrai passage dans le vide

Les jours suivants l’enterrement de son conjoint, le survivant passe par un moment de sidération et d’incrédulité. La personne peut alors se sentir perdue et hagarde. Elle peut être dévastée par les pleurs ou au contraire, se retrouve sans mots. Le chagrin bats plein le cœur, elle effectue les tâches du quotidien en automate et a cette impression de vivre dans un monde à part.

Cet état de dissociation avec la réalité est souvent accompagné par des expressions assez angoissantes. Le veuf ou la veuve peut effectivement avoir cette impression d’avoir été amputé(e), le défunt étant aimé est considéré comme une autre prolongation de soi.

Cet être joue également un rôle fondamental dans l’économie du foyer. Sa disparition ne provoque pas seulement un effondrement physique, mais aussi psychique, une perte de repères voire du désir de continuer à vivre.

Après la mort de son conjoint, il faut se réinventer sans l’autre. Il faut alors apprendre à tout assumer sans l’aide, le soutien, les compétences et les conseils de l’autre. Si bon nombre de veuves se retrouvent dans des difficultés financières, les hommes ont vraiment du mal dans la vie domestique.

C’est pour ces raisons qu’il faut s’informer sur la caisse allocation familiale après un décès. Au fil des mois, il peut arriver que les uns et les autres retrouvent de nouvelles habiletés et envies jusque-là ignorées. Toutefois, ces personnes endeuillées ont grandement besoin de soutien de la part de sa famille, ses amies et son entourage pour pouvoir mieux faire face à tout cela.

Trouvez sur cette page, des conseils partagés par un expert.

Votre présence, une aide précieuse

Lorsque vous appreniez que votre sœur, tante, oncle, frère, ami ou collègue vient de perdre son conjoint, la première chose à faire est d’être présent pour lui ou elle et le lui faire savoir si possible. Si vous en avez le temps, assistez également aux funérailles. Les jours suivants cet évènement malheureux est le plus difficile à vivre pour le (a) survivant(e). Il faut alors lui rassurer par les gestes et par les mots.

Après un décès, la famille et surtout, l’époux (se), doit faire le nettoyage de la maison afin de faire de la place, essayer de se réinventer sans l’autre. C’est donc une occasion d’assurer votre présence. Cette étape étant vraiment pénible pour une personne endeuillée, il convient de lui tenir compagnie et d’assurer cette tâche. Tout commence par le tri des affaires du défunt.

Ses vêtements et autres objets personnels peuvent être rassemblés et rangés. Les colis peuvent ensuite être expédiés à des associations ou à des personnes qui en ont besoin. Ici, le but n’est pas d’effacer toutes les traces de la personne décédée, mais d’éviter de toujours raviver la flamme de la douleur. Les affaires que le défunt avait l’habitude d’utiliser peuvent évoquer des souvenirs profonds, rendant ainsi difficile la volonté de se ressaisir.

Le nettoyage est aussi le moment pour se retrouver et pour essayer de faire plaisir à celle ou celui qui vient de perdre son conjoint. Il est également possible de prendre par exemple en charge les repas de la personne en deuil. Vous pouvez lui cuisiner ses plats préférés ou lui demander s’il ou elle a besoin d’un met spécial.

L’entreprise de Pompes funèbres peut aussi apporter ses aides précieuses afin de réaliser de différentes étapes de l’organisation funéraire.

Il faut aider à surmonter l’épreuve sans la contourner

L’étape du deuil est très difficile et peut prendre du temps. Vouloir contourner cette étape est une erreur pouvant conduire l’endeuillé à avoir beaucoup du mal à se remettre de la perte de son conjoint. Le soutien psychologique est ici, indispensable.

Dans ce sens, il faut laisser la personne en deuil s’exprimer et il faut l’encourager à parler de sa vie depuis la disparition de sa femme ou de son mari. Même si chacun vit son deuil à sa manière, l’épreuve est la même pour tous ceux qui viennent de perdre un être cher.

Il faut alors laisser la douleur s’exprimer. Le but n’est pas de chercher à apaiser ou à enlever ce sentiment, mais de le gérer, la tristesse et la douleur faisant partie du processus de deuil. Ce passage est donc obligé, car conduisant au rétablissement.

Dans ce même processus de deuil, l’écoute empathique est de mise. Laissez-le (a) survivant(e) exprimer la culpabilité. La personne endeuillée se culpabilise pour ne pas avoir assez aimé et pour ne pas avoir tout donné ou pour ne pas avoir été assez présente auprès du défunt. Laisser la personne endeuillée exprimer son ressenti est fondamental, car cela l’empêche de refouler autant de sentiments, au risque de faire face à d’autres problèmes plus graves comme la dépression.

Le soutien psychologique est indispensable dans les cas particuliers

Certaines personnes n’ont pas besoin d’aide extérieure lors de la période de deuil. C’est par exemple le cas de la mort des personnes âgées ou souffrant de maladie grave depuis de nombreuses années. Cependant, d’autres deuils nécessitent un soutien psychologique : décès multiples, suicide, mort brutal par accident… Si la cause de décès du conjoint fait partie de ces morts tragiques, le (a) survivant(e) aura alors besoin d’un accompagnement psychologique personnel.

Dans d’autres cas, le défunt aurait également décidé de faire un don d’organe. Cette décision peut être incomprise par la famille et désapprouver par le conjoint, mais tout le monde serait contraint d’accepter, car c’est la dernière volonté du défunt.

À travers le soutien psychologique, le conjoint pourrait avoir la force et retrouver le meilleur chemin pour traverser l’épreuve du deuil. En outre, l’accompagnement conduit au rétablissement et permet d’éviter que la séparation ne débouche sur la solitude et l’isolement ou ne se transforme en véritable maladie physique ou mentale. C’est aussi un moyen de retrouver les goûts aux tâches quotidiennes et mieux faire face aux démarches administratives ou légales requises.

Comparez les tarifs des pompes funèbres de votre ville.

Plus de 50 000 familles partout en France nous font déjà confiance.

Devis comparatifs gratuit en deux minutes.

* Numéro de téléphone obligatoire pour qualifier la demande

ou

Faites une estimation avant de comparer les devis

Estimez

Conseils sur le thème des obsèques