Services

Le crématorium de Capdenac-Gare vous présente :

  • Une salle de cérémonie
  • Quatre salons funéraires
  • Une salle de recueillement

Nombre de crémation effectuée par an

Le crématorium de Capdenac comptait :

  • 748 crémations en 2016
  • 803 crémations en 2017
  • 777 crémations en 2018
  • 826 crémations en 2019

Lire notre article “10 conseils d'expert” pour en savoir plus sur les différents services funéraires.

L’augmentation du nombre de crémations en France justifie la rénovation des équipements existants, voire même la création de nouvelles structures. Les quelque 200 crématoriums éparpillés dans toute la France s’avèrent insuffisants pour faire face aux demandes de plus en plus croissantes. Pour plus d’infos, veuillez suivre la page sur crématorium.

Coûts des obsèques

Le tarif des obsèques varie entre 2.500 € et 5.500 € (sans intégration du coût de la concession). Il est fixé selon l’ajout ou non d’un cérémonial et de nombreux alternatifs prestiges. Sans oublier des prix moyens exercés dans le département Aveyron (12). Il se peut que le tarif total aille du simple à plus du double. Nous avons prévu pour votre plus grand plaisir un article explicitant les prix des services funéraires d’Aveyron (12). Afin de connaître le coût des obsèques en fonction de votre attente, nous avons l’honneur de présenter des devis comparatifs. Se passer d’engagement devient possible lors de l’élaboration d’une demande de devis comparatifs.

Afin d’acquérir la meilleure prévision du coût des funérailles (crémation ou inhumation), c’est envisageable d’effectuer votre propre prévision. Et ce, en vous servant de notre outil tarificateur.

Accès

rue Gérard Philippe Capdenac-Gare 12700

Actualités du crématorium

Au cours de l’année précédente, le chantier du crématorium de Rodez se trouvait à la phase du terrassement. Le volume de terre transporté ainsi que le ballet des camions présente déjà les tailles de l’équipement en plein début de construction. Le prochain équipement pris en main par la société Les Crématoriums  de l’Aveyron et du Quercy se concrétisera sur une parcelle de 4.000 m2. Il  dispose d’un emplacement approprié à l’arrière du cimetière, côté avenue de Bamberg. Il s’agit d’un terrain où le bâti n’est réparti que sur une aire au sol de 1.140 m2, soit 800 m2 d’aire hors œuvre nette. Et son point le plus élevé monte jusqu’à 7 m.

400 crémations annuellement

Les initiateurs du projet ont envisagé d’y placer une somme hors taxe de 3.000.000 d’euros. La livraison de l’équipement était estimée à la fin du printemps. Les responsables projettent la garantie de la crémation de 400 corps durant la première année. Il faut néanmoins prendre conscience qu’en 2016, le nombre de corps traités atteint à peu près les 700 corps. Cette donnée montre une évolution stagnante à partir d’une dizaine d’années. Le lancement d’un deuxième crématorium devrait engendrer une diminution ou au minimum une stabilité du chiffre d’actes à Capdenac-Gare. Et ce, bien que l’effectif de crématistes ne cesse d’augmenter.

Dans la cité cheminote, le crématorium occupait la meilleure place depuis sa mise sur pied en 2004. Il faut alors se demander si le lancement de l’équipement ruthénois ne donnerait pas la possibilité à l’unité quercynoise de dévoiler de tels effets. À titre informatif, le prochain crématorium de Rodez sera équipé de deux fours, à l’opposé d’un en ce qui concerne l’unité capdenacoise. Un résultat qui ne semble pas ennuyer l’exploitant de deux structures qui comptent sur la progression sans interruption de l’effectif des amateurs de la crémation. Et ce, afin de créer des bénéfices suffisants et stimuler la rentabilité des deux établissements.

Une durée de concession d’une trentaine d’années

A titre de rappel, la signature d’une concession d’une durée de 30 ans a été effectuée entre la ville et la Société des crématoriums du Rouergue et du Quercy. Toute la procédure s’est déroulée via une délégation de service public ou DSP. La ville, responsable de la proposition du terrain, recevra 20.000 € annuellement pour l’utilisation du domaine public.

Il s’agit d’un montant, comprenant une part variable selon les résultats que les deux parties devraient déterminer durant les prochaines transactions. Au bout de 30 ans, la rétrocession de l’équipement reviendra à la ville. Ce n’est pas pour autant que cette démarche sera obligatoire. D’après le maire Christian Teyssèdre, suite à une satisfaction de la prestation, la signature d’une nouvelle concession ou un prolongement peut être entamé. Il a affirmé cela un court instant après que la DSP fut signée.