Estimation gratuite du prix des obsèques
Un problème avec le site, une question ou besoin d'aide ?
Nous répondons à vos questions du lundi au jeudi de 8h à 20h, le vendredi de 8h à 19h, le samedi de 9h à 18h et le dimanche de 10h à 17h 01 84 17 37 38

Inhumation vs crémation : que choisir ?

Tout ce qu'il faut savoir pour choisir le mode d'obsèques qui vous convient le mieux

L'inhumation consiste à enterrer le cercueil contenant le corps du défunt dans le sol ou dans un caveau aménagé dans le sol. La crémation, elle, consiste à réduire en cendres le corps d’une personne décédée. En France, ce sont les deux seuls modes d'obsèques autorisés. Mais comment choisir l'un ou l'autre ? Pourquoi ? MPF vous aide à faire le point !

Infographie récapitulative : inhumation ou crémation, que choisir ?

Vous avez des questions sur le choix du mode de funérailles ? Vous recherchez des conseils ? N'hésitez pas à demander l'avis de professionnels ! Nous sommes là pour vous accompagner au mieux

Comparez : Devis obsèques en 2 min
Devis gratuit et sans engagement

Consultez les pages mentions légales et comment ça marche ?

Faites une estimation gratuite en ligne, avant de comparer les devis

Commencer la simulation

N'hésitez pas à télécharger gratuitement notre infographie !

1. Le budget

Voici les prix moyens des obsèques au niveau national en France :

  • 3610€ pour une crémation
  • 3350€ pour une inhumation

Pour vous aider à vous y retrouver et à mieux comprendre ces prix indicatifs, voici une liste des prestations inclues dans les devis :

  • Frais de culte
  • Porteurs
  • Maître de cérémonie
  • Corbillard et chauffeur (convoi funéraire)
  • Démarches & formalités
  • Toilette mortuaire (préparation et habillage du défunt)
  • Pour une inhumation : ouverture & fermeture du caveau + personnel pour effectuer l'inhumation en tant que telle
  • Pour une crémation : crémation en tant que telle + urne + dispersion des cendres
  • Capiton standard du cercueil
  • Cercueil avec cuvette étanche et quatre poignées standard
  • Mise en bière

À noter qu'il existe plusieurs facteurs qui peuvent faire varier les prix :

  • L'endroit (la ville) où ont lieu les obsèques
  • Les prestations optionnelles choisies
  • La politique de prix appliquée par les professionnels du funéraire (chacun est en effet libre d'appliquer les tarifs souhaités)

2. La religion

Il faut savoir que certaines religions interdisent la pratique de la crémation ! C'est notamment le cas de :

  • L'islam
  • La religion orthodoxe
  • Certains courants du judaïsme
  • Certains courants de la religion protestante

Au contraire, la crémation est encouragée pour le bouddhisme, et tolérée chez les catholiques et les hindouistes.

L'inhumation, elle, est acceptée par toutes les religions (avec des variantes en fonction des religions, bien sûr).

Pensez donc à bien vous renseigner sur les convictions profondes du défunt si jamais vous devez choisir pour lui son mode d'obsèques !

3. L'écologie

Qu'on se le dise : quel que soit le mode d'obsèques choisi, la mort a un impact sur l'environnement. Heureusement, il est toujours possible de limiter cet impact...

La crémation, c'est à dire l'acte de brûler le corps d'un défunt, équivaut à 3% des émissions de carbone émises par un Français pendant une année.

L'inhumation, elle, correspond à 11% de ces émissions de carbone, principalement à cause de la production du monument funéraire, de l'utilisation de produits et d'équipements pour entretenir les cimetières, etc.

Mais l'acte d'inhumation et l'acte de crémation ne sont pas les seuls éléments des obsèques qui polluent ! SI vous souhaitez limiter votre impact environnemental, vous pouvez :

  • Refuser les soins de conservation effectués sur le corps, car les produits utilisés sont extrêmement polluants, voire nocifs pour l'environnement et la santé (particulièrement lorsqu'ils sont rejetés dans l'atmosphère via la crémation) ;
  • Opter pour un cercueil écologique, sans vernis polluant ni capiton synthétique ;
  • Miser sur les bio-cimetières et les tombes végétalisées, qui sont des lieux très arborés où les défunts peuvent être déposés en pleine terre dans un simple cercueil en matière bio. Il n’y a pas toujours de pierre tombale et les corps sont exempts de produits chimiques ;
  • Choisir un monument funéraire écologique, ou pas de monument du tout, car en France il n'est pas obligatoire d'avoir un caveau ou un monument funéraire. Pour limiter votre empreinte carbone, vous pouvez aussi opter pour une urne biodégradable, une stèle en pierre recyclée, un monument d'occasion ou de seconde main...
  • Privilégier des habits bio et écologiques pour habiller le défunt, notamment en fibres naturelles comme le coton par exemple. N'oubliez pas de lui ôter aussi ses bijoux, lunettes, ceintures, chaussures, etc. qui ne sont pas biodégradables !
  • Acheter des fleurs naturelles et non synthétiques pour orner la tombe du défunt. Dans l'idéal, vous pouvez même acheter des plantes en pot plutôt que coupées !

4. Le recueillement

L'inconvénient de la crémation, c'est que lorsque vous choisissez la dispersion des cendres, il n'existe pas de lieu de recueillement à proprement parler. L'inhumation, au contraire, permet de disposer d'un monument funéraire pour permettre aux proches de se recueillir en toute intimité. À vous de choisir ce qui vous convient le mieux !

Inhumation vs crémation : quelles différences administratives ou financières ?

Pour les deux modes d'obsèques, les démarches administratives sont en général similaires et le plus souvent prises totalement en charge par la société de pompes funèbres choisie. En revanche, au niveau du choix du cercueil, il y a plus de restrictions pour une crémation. En effet, le cercueil doit avoir été fait dans un matériau combustible : en bois léger et peu onéreux comme du sapin ou du peuplier, en aggloméré ou en fibres de cellulose avec des accessoires combustibles (poignées et emblèmes).

Enfin, la dernière différence entre l'inhumation et la crémation concerne le plan financier. Les coûts peuvent différer selon les options, les entreprises et les professionnels choisis, mais le prix s’élève en moyenne à 4 300 € pour une inhumation et à 3 800 € pour une crémation

Rappel : qu'est-ce que la crémation au juste ?

La crémation est une technique funéraire consistant à brûler le corps du défunt afin de le réduire en cendres. Les cendres sont ensuite recueillies dans une urne choisie au préalable par la famille.

Avant la crémation, le défunt est placé dans un cercueil comme l’exige la législation. De plus en plus de personnes optent pour cette solution qui se développe dans le monde entier. 

Suite à une crémation, plusieurs options s'offrent à vous : il est possible de placer l’urne cinéraire dans une case de columbarium ou encore d'inhumer directement l’urne dans une cavurne ou une tombe. De plus, la dispersion des cendres est une pratique de plus en courante.  Les lieux de dispersion autorisés sont mentionnés dans la loi de 2008. Il est désormais possible de disperser vos cendres dans plusieurs endroits différents, comme par exemple :

  • dans la nature 
  • dans la mer 
  • dans l’air
  • dans un jardin du souvenir
  • etc.

Rappel bis : qu'est-ce que l'inhumation exactement ?

L’inhumation, plus communément appelée dans le langage courant “enterrement”, est une cérémonie qui consiste à placer le corps d'un défunt dans un cercueil, le plus souvent dans un cimetière. Ce mode de sépulture est majoritairement choisi en France.

Au niveau de la loi, une inhumation requiert une autorisation administrative de la collectivité territoriale du cimetière choisi. Au niveau des religions, l’inhumation est obligatoire pour des religions comme l’islam et le judaïsme, notamment car le corps est sacré et parce que la crémation pourrait nuire selon ces deux religions à l’intégrité du corps du défunt. C’est aussi le cas chez certains protestants et orthodoxes. Au niveau de la religion catholique, la crémation n’est pas interdite, en revanche l’inhumation est très fortement conseillée.

Conseils sur le thème des obsèques