Estimation gratuite du prix des obsèques
Un problème avec le site, une question ou besoin d'aide ?
Nous répondons à vos questions du lundi au jeudi de 8h à 20h, le vendredi de 8h à 19h, le samedi de 9h à 18h et le dimanche de 10h à 17h 01 84 17 37 38

Quel est l’impact de la pratique de la crémation sur l’environnement ?

Comment faire une crémation écologique ? Cet article vous détaille toutes les solutions possibles !

Bien que la crémation soit plus écologique qu’une inhumation, cette pratique reste encore polluante pour l’environnement. En effet une crémation correspond à 10% des émissions polluantes d’une inhumation. Mais est-ce que cette pratique est vraiment aussi polluante qu'on le croit ? MPF a mené l'enquête !

Nature de la demande

Consultez les pages mentions légales et comment ça marche ?

La crémation et l’environnement

La pollution qui est produite par la crémation provient de la combustion, durant la mise en température. Pour que le corps soit réduit en cendres, il est obligatoire qu’il soit chauffé à une température très élevée : 850°C - voire même, lorsque le corps ne se réduit pas assez en cendre, des températures de plus de 1000°C !

Pour bénéficier de températures aussi hautes, il faut utiliser d’importantes quantités de combustibles. Il faut en moyenne 200 litres de carburant, ce qui rejette environ 160 kg de gaz à effet de serre.

Lors d’une crémation, les vêtements du défunt, qui sont composés de produits chimiques la plupart du temps, sont rejetés dans les égouts ou sous forme de fumée dans la nature. Ces gaz à effet de serre sont libérés dans l’air par les crématoriums et peuvent accroître la force des pluies acides. 

Comment faire une crémation écologique ?

Il est possible de faire une crémation tout en pensant à l’environnement. En effet certaines décisions vous garantissent une crémation moins polluante :

  • L’urne funéraire biodégradable : choisir une urne biodégradable permet d’enterrer ou d'immerger le défunt sans avoir le souci de polluer la planète. En effet, il existe de nombreuses urnes biodégradables en tout genre. On peut en retrouver certaines faites avec du sel, du sable, ou bien du bois.
     
  • Le cercueil écologique : la plupart des cercueils sont polluants pour l’environnement du fait de leurs matériaux. Vous pouvez ainsi faire le choix de prendre un cercueil fait de carton, de bambou ou de papier mâché. Ainsi, lorsqu’il se dégrade, il ne pollue pas les eaux et le sol.

  • Les cimetières naturels : ils ne sont pas très présents en France, mais les cimetières verts sont de plus en plus répandus aux Etats-Unis et au Royaume-Uni. Les cimetières écologiques sont créés dans des lieux naturels, et sont soumis à des normes environnementales strictes. Parmi ces règles on a : pas de stèle ou de tombe pour le défunt, le corps ne doit pas avoir eu de soins de conservation, les cercueils et urnes doivent être biodégradables.

Quelles sont les solutions alternatives à la crémation ?

Il existe de nombreuses techniques pour des funérailles qui sont assez rares en France mais assez courantes dans divers autres pays. Ces techniques sont d'ailleurs assez connues pour leurs bienfaits écologiques. 

On peut ainsi retrouver l’humusation, qui permet le compostage du corps, la promession qui aide à la décomposition naturelle du défunt ainsi que l’aquamation qui correspond à une crémation sans combustion.

Ces méthodes sont reconnues pour être bien plus écologiques que la crémation, et bien sûr moins onéreuses.

Comparez les tarifs des pompes funèbres de votre ville.

* champs obligatoire

Consultez les pages mentions légales et comment ça marche ?

Faites une estimation gratuite en ligne, avant de comparer les devis

Commencer la simulation

Conseils sur le thème des obsèques