Estimation du prix des obsèques dans votre villeIco calcul

Don d’organes : leur nombre a augmenté en 2015

L’Agence de la biomédecine a dévoilé mi-février les chiffres concernant les dons d’organes et ces derniers sont très satisfaisants. Le bilan pour 2015 démontre des objectifs largement atteints. Ce sont 5 746 organes qui ont été greffés l’année dernière, soit environ 15 par jour. Le plan pluriannuel de santé prévoit un objectif de 5 700 pour l’année 2016. On peut donc dire qu’on constate même une petite avance.
Mediums donsorganes 2015 mini

Les campagnes de sensibilisation y sont certainement pour quelque chose. Malgré les résultats positifs, l’effort doit être maintenu.

Le nombre des dons d’organes a augmenté de plus d’un tiers pendant la dernière décennie

De plus en plus de personnes acceptent de devenir donneurs de leur vivant ou au moment de leur décès. Les prélèvements d’organes se développent d’une façon parallèle dans les deux cas. Les statistiques montrent que les dons d’organes et les greffes ont augmenté de 35% les dix dernières années. Un exemple assez parlant : le greffe de la cornée qui a pu être opéré sur 11 360 patients contre 10 751 en 2014.

Mais le nombre des malades en attente de greffons demeure important

Les dons d’organes se développent et c’est une bonne nouvelle. Toutefois, il convient de nuancer les chiffres très positifs de l’année 2015 car le nombre de personnes qui ont besoin d’une greffe d’organe, lui, est supérieur à 20 000. Pour essayer de remédier à ce problème, le Parlement a adopté le mois dernier la loi de modernisation du système de santé. Cette loi prévoit notamment que le consentement au don d’organes de chacun est présumé, s’il lui arrive en cas d’accident d’être en état de mort cérébrale. Si une personne ne souhaite pas donner ses organes, il lui incombe de s’inscrire sur un registre national spécial de refus pour son corps ou une partie de ses organes. Les familles ne seront plus qu’informées par les équipes médicales des prélèvements et non pas consultées sur la question, sauf volonté contraire exprimée par le défunt.

Autre possibilité pour résoudre en partie le problème du nombre de dons d’organes insuffisants pour couvrir toutes les demandes : le greffon supplémentaire. Cette procédure ouverte par les textes européens, prévoit la possibilité de prélever des organes aux patients qui meurent d’un arrêt cardiaque. Une expérimentation dans cinq établissements hospitaliers, choisis par l’Agence de la biomédecine, est en cours. Le prélèvement d’organes peut avoir lieu après un arrêt cardiaque survenu en raison de l’arrêt du traitement, sur décision de l’équipe médicale. 15 cas de ce type ont été constatés en 2015. 

Les greffes d’organes les plus fréquentes

La greffe la plus souvent pratiquée est celle du rein. En 2015, 3 470 greffes de rein ont été réalisées, soit une augmentation de 7,4% par rapport à 2014. Plus de 15,5% de ces greffes ont été effectuées grâce au don d’organe d’une personne vivante. Le deuxième organe le plus concerné par la greffe est le foie. 1 280 greffes de foie ont été pratiquées en 2015, soit une hausse de 6,6% par rapport à 2014. 

L’augmentation la plus importante en 2015 de greffes concerne le cœur, +11,3%. Ce sont 471 personnes qui ont pu bénéficier d’une greffe de cœur. Toutefois, malgré cette évolution des dons de cet organe, 700 personnes sont toujours en liste d’attente.

 
Comparez tarifs

Comparez les tarifs des pompes funèbres de votre ville !

Gratuit et sans engagement